dimanche 20 décembre 2009

569. NICOLAI DUNGER : Rösten Och Herren






* * * * *
v2 records - 2007
12ème album sur 13
suède


Dernier album de Nicolai Dunger de notre périple. Un album dont la pochette est très parlante. A écouter ce disque, on a effectivement l'impression d'être chez Dunger, dans son jardin, dans son salon, au coin de son feu. Pour la première fois, la suédois chante dans sa langue. Pour la première fois les arrangements sont minimaux. Comme si l'on écoutait la dernière étape d'un work-in-progress, comme si nous étions les happy-fews conviés à un petit set acoustique organisé par le chanteur pour des amis afin de tester ses nouvelles compositions avant d'entrer en studio.
Cette intimité est intimidante. Cette proximité rend chaleureuse une musique d'un dépouillement pourtant assez froid.
Un bel album anti-spectaculaire, sincère, serein et parfois désespéré.

---------------------------

indice pour la suite 


jeu du jour : identifiez ce groupe (1 point) --> DURAN DURAN : bonne réponse de Regus Patoff, Dragibus, Sonic Eric, Davnat et JP.

11 commentaires:

Erwan a dit…

A suivre Ian Dury "New boots and panties"

J-P. a dit…

Trop facile !
-> DURAN DURAN :)

Erwan a dit…

A-Ha?
J'en sais rien moi, c'est une question pour Dragibus ça :p

coolbeans a dit…

L'indice pour l'album suivant est vicieux, attention !

davnat a dit…

Mon Dieu, des garçons coiffeurs : c'est Duran Duran, non ?

RegUs PatOff a dit…

Duran Duran pour groupe à identifier

davnat a dit…

Sinon, pour la suite, je dirais Baxter Dury avec "Floorshow".

dragibus a dit…

oui c'est ma tournée Duran Duran

Erwan a dit…

Baxter Dury "Len parrot’s memorial lift" alors (vicieux! ;-)

Sonic Eric a dit…

Pour le groupe, c'est Duran Duran

The Civil Servant a dit…

Merdum, j'arrive à la bourre
Et oui je crois que j'aurais pu reconnaître Duran Duran.

Les tronches d'endives blanchâtres qu'ils se cognaient quand même... tu m'étonnes après ça que le français le plus moyen avait du succès auprès des petites anglaises quand on voit ce qu'elles en étaient réduites à idolâtrer.