mardi 10 mars 2009

525. THE DITTY BOPS : Moon Over The Freeway

* * *
(pochette **)
warner bros - 2006
2ème album sur 2
13 titres, 37 minutes
produit par Mitchell Froom
usa (Los Angeles)

Nous avons, hier, pu mesurer à quel point un album de pop moderne peut-être une oeuvre d'art ambitieuse. La démarche de Dirty Projectors sur l'album Rise Above s'apparente à celle de certains artistes contemporains. Je lisais aujourd'hui un ouvrage consacré à Roy Lichtenstein (il faut bien s'occuper pendant la récréation) et j'y découvrais qu'après son initiale période pop-art (celle pour laquelle il est le plus connu), Lichtenstein avait fini, des années 80 à sa mort en 1997, par "s'amuser" avec l'art de ses prédecesseurs en injectant ou citant les peintures des autres dans les siennes (ou inversement). Ici, par exemple avec Hergé et Matisse tout à la fois.
Longstreth n'a pas fait autre chose en réenregistrant de mémoire et à sa façon l'album Damaged de Black Flag.
On voit donc que la musique pop, parfois, peut être envisagée sous l'angle le plus artistique possible, avec toutes les implications philosophiques ou politiques que cela suppose. Ou en adoptant, en tout cas, une véritable démarche intellectuelle.

Certains (la majorité sans doute) n'ont pas l'ambition de Dirty Projectors et se contentent d'enregistrer de la musique pop qui accompagnera nos vies plus ou moins agréablement. De composer les bandes sons de nos émois ou de nos peines. C'est déjà beaucoup quand c'est bien fait.
C'est par exemple ce que font (mais pas si bien que ça) les deux filles de The Ditty Bops. Leur musique, je pense, n'a pas la prétention de faire avancer le schmilblick pop du 21ème siècle. Elles composent une musique tiède qui serait même plutôt franchement tournée vers le passé et point trop le fruit d'un questionnement métaphysique, un espèce de folk-swing un peu rétrograde qu'on ne laisserait pas accompagner nos vies bien longtemps.

Quand on a goûté au disque d'hier, on se prend à rêver que plus d'artistes se mettent en danger, fassent prendre des risques à leur musique. Mais bon... n'est pas Lichtenstein qui veut...


indice pour la suite

énigme du jour
(2 pts) : Quel rapport entre ce morceau , Luka et l'album du jour ? --> bonne réponse de Mariaque et Davnat : ce morceau c'est Sugar Free Jazz, qu'on peut trouver sur l'album Ruby Vroom de Soul Coughing. Luka c'est un morceau de Suzanne Vega. Or Suzanne Vega a été mariée à Mitchell Froom qui a produit et l'album des Ditty Bops et celui de Soul Coughing. Et de cette union est née une petite Ruby (Ruby Froom, donc) qui aura inspiré le nom de l'album de Soul Coughing.
Me suis-je bien fait comprendre ?

14 commentaires:

davnat a dit…

Demain Divine Comedy "Liberation"

Jen a dit…

AAarg ! à 10 minutes près je l'avais...
Alors juste pour la ramener : The Divine Comedy - Fanfare for The Comis Muse

coolbeans a dit…

Oui, mais ton simple retour en ces lieux nous réjouit.

Jen a dit…

Je devais sentir que Niel Hannon montrerait le bout de son (joli) nez...

dragibus a dit…

euh qui est Luka dans la question
lapin compris

hob a dit…

Mitchell Froom! ex-mari de Suzanne "Luka" Vega et au clavier dans Soul Coughing et sur le disque du jour.

hob a dit…

dragi, c'est lui Luka: http://www.youtube.com/watch?v=RZyxYL753w4

dragibus a dit…

ouhlaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa
l'enigme qui venait du froid

The Civil Servant a dit…

Moi j'appelle ça des énigmes capillotractées ! Et encore on n'a pas parlé du petit frêre, concu entre deux sessions des Fuck the Giants, et qui joue avec sa petite voiture télecommandée en disant vroom vroom...

hob a dit…

Mais euh... pourquoi donc "bonne réponse de Mariaque et Davnat"?

coolbeans a dit…

Euh... je suis pas sûr de comprendre la question... Parce qu'ils ont donné la bonne réponse, pardi !

hob a dit…

Ah bon. Je vois pas où ils ont répondu mais tant pis...
http://img18.imageshack.us/img18/6793/55722191.png

coolbeans a dit…

Oui, normal. Les réponses étaient à donner par mail...

hob a dit…

Ah. Bin oui, forcément. Bon j'ai rien dit...
Au revoir.