lundi 12 janvier 2009

506. DEVO : Q:Are Not Men? / A: We Are Devo!

* * * * 1/2
virgin - 1978
1er album sur 10
11 titres , 34 minutes
une reprise de Satisfaction
produit par Brian Eno
usa (Akron, Ohio)

Depuis qu'on se côtoie, vous et moi, vous avez compris que l'essentiel de cette collection rock consiste en un bon gros tas de CDs des années 90 et 2000. Je vous ai déjà expliqué que, mis à part le Velvet et Pink Floyd, très peu de groupes dits "historiques" s'étaient frayés un chemin jusqu'aux étagères de mon salon. Mes achats de jeune se concentraient sur le rock et la pop qui faisaient alors l'actualité.
Mes visites fréquentes aux médiathèques de ma région me permettaient cependant de refaire l'histoire de la musique. Mais je me familiarisais alors plus avec Oscar Peterson, Miles Davis, Ellington, Coltrane ou Art Blakey qu'avec les Byrds ou les Stones. Je préférais découvrir la musique contemporaine ou des musiques du monde d'horizons variés que me plonger dans les discographies de Bowie, Can ou Dylan.
Voilà donc la raison pour laquelle nous avons ici si peu l'occasion d'échanger sur les classiques du rock.
Et il aura fallu que j'étale cette lacune ici-même, que vous m'en fassiez poliment (ou non) la remarque de temps en temps et que je finisse par culpabiliser pour que je me mette à télécharger comme un âne un peu de tout ce qui passait à portée de mon mulot. C'est donc maintenant de façon fort anarchique, sans beaucoup de discernement, que je redécouvre les albums "historiques".
Aujourd'hui, ce sera Devo avec ce premier album. Et je suis tout disposé à croire qu'en 1978, un tel disque dut être un sacré pavé dans la mare prog (premier disque non-prog à utiliser le synthé de façon aussi massive !). Are We Not Men..., c'est déjà le Punk. C'est bientôt la New-Wave. C'est, étrangement, l'album d'un groupe qui ne prenait pas la musique au sérieux et avait plutôt choisi de s'en moquer, en tout cas d'en faire plus un instrument de propagande nihiliste qu'un acte à la finalité artistique.
Je découvre à l'occasion de ce post la présence de Brian Eno à la production de ce disque et vous adresse à ce sujet cette question : n'est-ce pas un peu cocasse ?




indice pour la suite

question du jour (1pt) : pourquoi ça aujourd'hui ? --> bonne réponse de Tibo

24 commentaires:

Tibo a dit…

Parce que Mark Mothersbaugh de Devo a participé à la BO de "Life aquatic" dont est tiré la photo...

coolbeans a dit…

Bienvenue dans le jeu, Tibo (ou re-bienvenue). C'est effectivement ça. Mark Mothersbaugh a composé les musiques originales de la plupart des films de Wes Anderson (peut-être bien tous mais je n'ai pas vérifié)(Mariaque se fera un plaisir de nous en entretenir)(si toutefois il lui arrive encore de passer par ici).

coolbeans a dit…

Un petit tour sur la wikibio de Mothersbaugh vous donnera une idée du nombre ahurissant de BO qu'il a composé, d'ailleurs...

dragibus a dit…

demain "duty now for the future" par Devo

La bUze a dit…

demain, DeVotchKa avec A Mad and Faithful Telling ?

dragibus a dit…

devotchka "how it ends" au final

dragibus a dit…

la présence d'un titre appellé "pink pussycat" sur leur opus suivant m'a enduit en erreur
mais pas de trace de Russie donc ....

KMS a dit…

Voilà... sauf qu'en 78 le punk c'était cuit déjà il faut bien le dire, alors c'est plutôt déjà new-wave mais, car il y a un mais, la plupart des chansons datent plutôt de 75 (la composition j'entends) donc on pourrait plutôt dire que c'est proto punk. Hum... seulement musicalement c'est plutôt post punk... bref...
Les versions des singles originaux étaient cela dit bien plus punk que l'aseptisation qu'en a fait Brian Eno dont c'est loin d'être une des meilleurs production (il n'y a rien compris à Devo en gros).

Mais bon tout ça c'est pour chipoter. Et pour encore chipoter les Residents avaient fait des albums avec plein de synthés pas prog du tout avant celui là, et puis Kraftwerk ce n'est pas prog et plein de synthés aussi. Je dis pas pour te contrarier mais si un peu quand même.

En tout cas j'adore cet album. Cela dit la pochette orginale est bien plus belle.

Quand tu penses qu'aujourd'hui Canal + utilise Gut feeling pour faire de la pub....

coolbeans a dit…

Non non, tu ne me contraries pas... En fait, j'ai même hésité à parler de l'album parce que j'avais peur d'écrire trop d'âneries.
Tu fais donc bien de préciser tout ça.
Quant à la pochette originale, je ne l'avais pas trouvée, merci !

KMS a dit…

Non non tu n'as pas dit d'âneries.
Il faut écouter l'EP Be Stiff (avec une sublime pochette) pour avoir une idée de Devo avant Brian Eno.

Mariaque a dit…

Il passe, il passe, mon cher Cool man, rassurez-vous, il passe. Mais bien trop tard souvent...

coolbeans a dit…

Et Mothersbaugh, donc ?

Mariaque a dit…

Bien à bord depuis les débuts de Wes, avec Bottle Rocket, voui.
M'semble qu'un NewBreakfastClub (le 33 daté du 13/10/06) avec l'Sonic avait du évoquer la chose, genre les paires réals/compos

Mariaque a dit…

Devo, à mes yeux, c'est clairement post-punk, yep.
Et la prod d'Eno m'emballerait plutôt: je préfère qu'il n'ait rien compris à Devo et offre une galette telle AreWeNotMenWeAreDevo, plutôt qu'avoir tout compris à U2 et nous avoir pourri nos 16 ans avec Joshua Tree...

-Twist- a dit…

Tibo qui trouve la question où il est question de "Life Aquatic". Surprenant... :)
Sinon, je n'ai je crois jamais écouté un disque de Devo. Peut-être une chanson. Et encore. C'était donc mon dépucelage là. Je me sens moins niais. :)

Tibo a dit…

Je lis ce blog depuis longtemps bien que je poste rarement des commentaires (encore moins des réponses aux énigmes). Pour une fois que j'étais le premier, ça aurait été bête de ne pas en profiter. Sinon, qu'y-a-t-il de si surprenant Twist? Simple curiosité ;)

-Twist- a dit…

Je me trompe peut-être de Tibo alors. ^^

drgbs a dit…

en quoi Joshua Tree a t il été "pourri" par Eno plize ??

Mariaque a dit…

Eno n'a pas pourri Joshua, mais Joshua a pourri nos 16 ans, ai-je dit. Ce me semble.

coolbeans a dit…

La phrase pouvait être entendue dans les deux sens. Et elle m'a bien fait rigoler.

coolbeans a dit…

Sinon, comment des morceaux écrits en 1975 peuvent-ils être post-punk ? A moins que nous ne parlions là de la prod, justement ?

dragibus a dit…

les "Why there Are Mountains" c'est le nouveau nom de Pavement non ??

-Twist- a dit…

Tiens, d'ailleurs, Pavement devrait se reformer à l'occasion de Coachella...

coolbeans a dit…

Alors déjà le nom du groupe, c'est Cymbals Eat Guitars. Et ensuite, oui, le premier morceau sur leur MySpace fait énormément penser à Pavement mais les neuf titres de l'album ne sont pas à ce point ressemblant. L'album est très varié...