jeudi 17 avril 2008

399. CONSTELLATION : Music Until Now 1997-2001

* * *
constellation - 18/11/2002
13,94 euros sur Amazon
canada

Moralement, le label Constellation est irréprochable. Il ne dévie pas d'un iota de la ligne déontologique qu'il a tracé. Initialement fondé pour permettre à une scène locale (montréalaise en l'occurrence) de s'exprimer sur scènes et d'enregistrer des disques en évitant les circuits de production et de distribution "de masse", il tient bon depuis dix bonnes années, même si l'aspect "scène" du projet a dû être rapidement abandonné. 52 albums référencés au catalogue. Une production artisanale des pochettes de disque. Un refus d'être distribué par les chaînes de magasins de disques. Constellation est donc un label engagé (et ils ne sont pas légion), militant même de la cause anticapitalisto-altermondialiste. Pour cette seule raison, cette structure est attachante.
Peut-être même pour cette unique raison.
Car l'intransigeance politique va ici de paire avec l'intransigeance musicale. La musique qu'on peut entendre sur les disques du label Constellation est une des plus exigeantes qui soit. A tel point que la production musicale du label semble parfois légèrement surfaite. Les chefs d'oeuvre De Godspeed ! You Black Emperor ou de Silver Mount Zion y côtoient des albums beaucoup plus pénibles de types avec qui on ne passerait une soirée pour rien au monde (l'effrayant Frankie Sparo par exemple). Question style, il serait peut-être réducteur d'écrire que Constellation est un label de post-rock. On écrira donc que le label est un joli catalogue de toutes les tendances existantes du post-rock. Ce qui n'est peut-être pas une formulation beaucoup plus heureuse ni moins réductrice...
En bref, le modèle économique est séduisant, le positionnement politique est courageux, l'engagement infaillible et la fidélité à ses convictions forcent l'admiration, mais la musique emmerde souvent. Mais ça n'est presque pas là l'essentiel...



Frankie Sparo - Here Comes The Future

indice pour la suite

énigme du jour (en rapport avec le label qui nous préoccupe) : "ça + ça = ?" --> bonne réponse de Lyle

15 commentaires:

dragibus a dit…

lungfish ?

coolbeans a dit…

Hum... et le rapport avec Constellation ?

dragibus a dit…

un de leurs titres s'appele constellation

coolbeans a dit…

Bien essayé mais le titre de Lungfish est, plus exactement, "constellations", au pluriel.
Donc, non, ce n'est pas ça.
Mais ce joli rapprochement mérite un 1/2 point, cher lecteur !

dragibus a dit…

et "s'appelle" 2 "l"

merci sinon pour le half point

Kill Me Sarah a dit…

Ouh là ça devient dur les jeux et les indices là... en plus je suis en vacances demain pour une semaine...

lyle a dit…

Polmo Polpo qui a sorti un album chez Constellation signifierai poumon de pieuvre en italien...

coolbeans a dit…

Bravissimo, Lyle !

lyle a dit…

ouais :!
Pour demain, franchement, je ne vois pas...
A tout hasard Cornelius - fantasma

davnat a dit…

Pour demain : "Film Maker" de The Cooper Temple Clause.

coolbeans a dit…

Qui n'est pas un album... me semble-t-il....

lyle a dit…

Alors "See This Through and Leave" par The Cooper Temple Clause...

azamleag a dit…

il aurait plus judicieux de dire que la musique t'emmerde plutôt que la musique emmerde .
parce que moi franchement , elle m'emmerde pas du tout , bien au contraire

coolbeans a dit…

J'espère qu'il est suffisamment clair pour tout le monde que tous les jugements ici lapidairement énoncés n'engagent que moi et qu'ils sont un appel à la controverse... Je m'étonnais de l'absence de réactions à ce billet. Merci Gaël !

dragibus a dit…

absence de controverse dont parlait Azamleag justement dans son billet final

nous parlons parfois peu des groupes ou titres proposés ici c'est vrai en priorisant le jeu et dès que les choses sont trouvées ben plus rien