lundi 16 novembre 2009

562. DRUGSTORE : White Magic For Lovers

* * * * 1/2
roadrunner records - 1998
2ème album sur 3
produit par le groupe et Clive Martin
angleterre

Il y a des albums comme ça qui ne laissent pas un souvenir impérissable mais qu'on est content de réécouter dix ans plus tard.
Ce qui, en 1998, avait fait la réputation de ce White Magic For Lovers du trio anglais Drugstore, c'était la présence sur l'album de Thom Yorke pour un joli duo, El President. Puisqu'à l'époque le monde entier venait de tomber amoureux de Radiohead, la moindre apparition du nouveau lider maximo de la scène pop était guettée comme le sanglier au coin du bois et la moindre vocalise d'icelui pouvait booster les ventes d'un album aussi mauvais soit-il.
Ne médisons cependant point trop vite sur l'album qui nous préoccupe aujourd'hui. Certes le duo avec le Jean-Pierre Treiber d'Oxford est plutôt chouette mais il n'est que l'arbre qui cache la forêt. Je ne me rappelais pas à quel point ce trio savait trousser des chansons. A ce titre, le premier tiers de l'album est un sans-faute. Tout y est efficace et touchant (sans être génial). La suite n'est pas toujours aussi bonne mais certaines chansons (notamment vers la fin du track-listing) confirment la bonne inspiration de Drugstore.
Les titres les plus faibles sont en fait ceux chantés par Daron Robinson, guitariste du groupe. Et l'on comprend que le véritable atout de Drugstore, c'était la voix d'Isabel Monteiro. Chaînon manquant entre Courtney Love et Hope Sandoval, son chant évoque parfois les morsure de Hole (toutes proportions gardées), parfois les caresses de Mazzy Star (toutes proportions gardées), elle parvient même parfois à rassembler les deux références dans le même souffle.

Et puis, sur cet album, il y a un orchestre mariachi (sur Say Hello). Pour une fois, ce blog porte bien mal son nom.



---------------------------

indice pour la suite

question PAR MAIL (jusqu'à 23h) du jour (2 pts)
: quel rapport entre le titre de cet album et le groupe du jour ? --> bonne réponse de Regus Patoff, Davnat, JP, Dragibus, La bUze
"Non ducor, duco" ("Je ne suis pas mené, je mène") est la devise latine de la ville de SAO PAULO (Brésil) où est née Isabel MONTEIRO, la chanteuse et bassiste de DRUGSTORE

7 commentaires:

coolbeans a dit…

PAR MAIL, svp... :-)

(et méfiez-vous... pour deux points c'est sûrement moins évident que vous ne pouvez peut-être le penser)

J-P. a dit…

Se méfier ? Pourquoi ?! A moi, ça me semble (pour une fois... j'insiste) évident !

Je ne sais pas ce qu'en pense Lyle, autre grand fan du groupe, mais je sauve au moins "Never Come Down" chanté par Daron, le guitariste. Ok, c'est un plagiat des JAMC qui aurait pu figurait sur "Honey's Dead" mais je trouve la chanson très bien !

J'aime aussi beaucoup "I Don't Wanna Be Here Without You"...

Erwan a dit…

Cet indice me suggère:
1. de proposer The Duckworth Lewis Method album du même nom
2. de filer voir s'il y a un club de cricket dans mon quartier ^^

coolbeans a dit…

Eh eh... :-)

lyle a dit…

Tu n'as pas leur premier (et bien meilleur encore !) album ?

Pour ceux que ça intéresse, le groupe est de nouveau actif et il y a de nouveaux titres en écoute sur le blog d'Isabel...

coolbeans a dit…

Je vais me pencher sur leur premier, alors, Lyle....

lyle a dit…

Tu me diras ce que tu en penses...