jeudi 29 octobre 2009

559. RYAN DRIVER : Feeler Of Pure Joy


* * * * 1/2
unique album à ce jour
produit par Ryan Driver
artwork par Ryan Driver
canada

Je vous emmenais avant-hier à Toronto avec Kevin Drew et Broken Social Scene, nous y restons aujourd'hui avec Ryan Driver. Les hasards alphabétiques font parfois bien les choses.
Ryan Driver est manifestement, d'après ce que j'ai pu lire sur lui, une figure hyper-active de la scène torontoise, rayon folk-jazz amateur d'improvisations. Il a un quartet jazz qui reprend de façon très personnelle les classiques du genre mais il est surtout impliqué dans une palanquée de groupes locaux dont les noms ne vous diraient sûrement, comme à moi, pas grand chose.
Feeler Of Pure Joy est la première production discographique à son nom.
Ryan Driver est guitariste et chanteur mais pas seulement. Il joue également, sur cet album, de la flûte et du synthé et, surtout, il produit lui-même ses chansons. L'impression que laisse l'écoute de ce disque c'est aussi que Ryan Driver est un fabuleux improvisateur et doit être passionnant à suivre en concert.
Ses morceaux font penser, régulièrement, à un groupe ici chéri : Sleeping States. Même son aquatique des guitares (quoiqu'elles soient plus acoustiques chez Driver), même liberté des structures et des motifs mélodiques. Même sentiment jouissif d'écouter des artistes chercheurs, des explorateurs pops ayant largué les amarres et voguant au large des poncifs et des recettes de studio. Parfois, Ryan Driver évoque même Tim Buckley, illustre parangon du genre.
Le revers de la médaille, évidemment, est que l'on doit être prêt, pour apprécier cet album, à se laisser embarquer dans un voyage à l'issue incertaine. Les terres que cet homme là vous fera découvrir ne seront peut-être pas les îles paradisiaques dont vous rêvez. Mais vous seriez bien sots de ne pas accepter un petit dépaysement, un léger déséquilibre. La découverte d'artistes originaux, ça passe toujours par une petite part d'efforts et ça mérite de temps en temps de sacrifier une ou deux petites habitudes sur l'autel de l'audace artistique. Balancez vos charentaises au panier pour ce soir et écoutez donc cet album de Ryan Driver ! Vous y gagnerez peut-être quelque chose de plus que la satisfaction d'avoir commis votre geste mélomane du jour.


à écouter sur deezer ou spotify


---------------------------

indice pour la suite

question de rapidité du jour (1 pt)
: quel rapport entre cette image et le post du jour ? --> bonne réponse de Sonic Eric assisté de Davnat

7 commentaires:

Sonic Eric a dit…

Il n'aurait pas fait partie de l'équipe nationale anglaise de cricket, non ?

Sonic Eric a dit…

Non, il s'agit plutôt d'un homonyme !

coolbeans a dit…

ça n'est pas tout à fait le drapeau anglais que nous voyons là, cher Sonic, tu le sais ! Mais tu n'es pas loin effectivement de l'exacte réponse.

davnat a dit…

C'est le drapeau de Jersey dont Ryan Driver a été joueur de cricket. Mais Sonic a maché le travail.

davnat a dit…

Enfin l'homonyme de Ryan Driver bien sûr.

davnat a dit…

Sinon pour la suite "Drop Nineteen" avec "Delaware".

coolbeans a dit…

Un demi-point pour Sonic Eric et un autre pour Davnat. L'un a fait le rapport avec le cricket, l'autre avec Jersey. Car il existe effectivement un Ryan Driver joueur de cricket et capitaine de l'équipe nationale de Jersey.