mercredi 8 avril 2009

530. THE DIVINE COMEDY : Fin De Siècle

* * * * 1/2
(pochette ***)
setanta - 1998
6ème album sur 9
10 titres, 46 minutes
produit par Jon Jacobs
irlande

Fin de Siècle marque le début de ma rupture avec The Divine Comedy. C'est le disque qui m'a ouvert les yeux. Finie la phase d'idéalisation où toutes les excuses étaient bonnes pour trouver en toutes circonstances du génie à Neil Hannon. Fin de Siècle fut le premier album du groupe qui me déçut à sa sortie. Parce que le petit farfadet irlandais (qui, tout de même, sortait son 6ème album à 28 ans !! On oublie souvent à quel point le talent de l'homme fut précoce...) creusait un sillon qui nous semblait devenir une ornière et qu'on avait le sentiment de le voir petit à petit se perdre dans une musique trop grande pour lui.
C'est en tout cas ce que je pensais il y a dix ans en découvrant cet album que je qualifiai alors de lourdingue et pompeux et que j'abandonnai assez vite sur l'étagère des lettres D et E à son triste et poussiéreux sort.
Puis quelques petits hasards m'ont ramené vers lui. Un live dans une célèbre émission de la BBC (le nom m'échappe, merci d'éclairer ma lanterne : il s'agit de cette émission où les groupes sont installés sur des scènes en cercle, le public autour et le présentateur, également pianiste, au milieu --> Later With Jools Holland, merci à Dr Strangelove !!) où je redécouvrais National Express puis une écoute sur FIP de The Certainty Of Chance et, là aussi, la redécouverte d'un titre fabuleux (notamment dans son dernier quart instrumental).
Depuis dix ans, je ne cesse de réévaluer à la hausse cet album. Certes certaines chansons me semblent toujours mélodiquement inintéressantes (Eric The Gardener et Life On Earth, surtout) mais l'ensemble vaut tout de même son bon pesant de cacahuètes. En réécoutant aujourd'hui Fin de Siècle j'ai même cru déceler du Danny Elfman en Sweden...
Historiquement donc, ce disque est le début d'un désamour. Pourtant, il est le dernier album du groupe sur lequel j'ai très envie d'attirer encore votre attention.
Et à partir de demain, promis, j'arrête de dire du bien de The Divine Comedy...


question de rapidité
du jour
(1 pt) : Qui a dit : "Mon père a influencé ma vie mais pas ma musique. Je n'ai jamais vraiment écouté ses disques par plaisir, je les ai simplement observés. Me comparer à lui, c'est une facilité que je comprends : la précision et la justesse d'analyse ne pèsent pas lourd face aux raccourcis approximatifs. Moi, je sais que ce n'est pas vrai. Mais je ne peux rien lui reprocher à lui, il n'y est pour rien. J'en ai assez de voir ces vieux hippies venir à ma rencontre en espérant retrouver mon père. Je vais forcément les décevoir." ? --> bonne réponse de Sonic Eric

12 commentaires:

Sonic Eric a dit…

Jeff Buckley peut-être

coolbeans a dit…

Twingo !!

Dr. Strangelove a dit…

L'émission de la bbc dont tu ne te rappelles plus le nom c'est pas un truc du genre live ou later with Jools Holland, par hasard ?

Sonic Eric a dit…

ça faisait trois mois que je n'avais pas marqué ! J'ai les jambes qui flageolent !

coolbeans a dit…

Dr Strangelove > yeees ! c'est ça ! je t'accorde un point rien que pour ça, tiens !!

Sonic Eric > il faut dire que c'était une question pour un grand fan de Jeff comme toi ! (comment ça, "non" ?)

Dr. Strangelove a dit…

Merci !

coolbeans a dit…

Merci à toi !

Jen a dit…

Tu m'as donné envie de le réécouter tiens !

coolbeans a dit…

Coool !

daniel a dit…

J'ai dit ça aussi . Pas en ces termes, mais je l'ai dit ...

coolbeans a dit…

Et alors ? N'as-tu pas honte de décevoir ainsi de vieux hippies ?

daniel a dit…

Non.