mardi 16 décembre 2008

499. dEUS : Worst Case Scenario

* * * *
island - 1994

14 titres - 55'
1er album sur
6
belgique (Anvers)

"dEUS, c'est le meilleur groupe belge de tous les temps. De rock s'entend. Peut-être même ,le temps de quelques premiers albums, le meilleur groupe de rock de l'Europe Continentale." Voilà bien le genre d'âneries que nous serions plusieurs à pouvoir débiter en fin de repas, le ventre un peu trop plein de gigot et la tête trop pleine de Saumur Champigny. Il y en aurait sûrement un moins saoûl que nous ou un tout simplement moins con pour nous rabattre le caquet en citant Noir Désir, les Young Gods ou Can.
Et pourtant, ce premier disque de dEUS donne envie d'être définitif : la scène belge "moderne" est née ici, tout au long de ces 14 morceaux. Le disque, avant d'être bon ou mauvais musicalement, est déjà important historiquement. Ce qui mérite une bonne petite note en soi.
Musicalement, ensuite, il y a beaucoup à dire. Enfin, il y a surtout énormément à entendre. Parce que commenter ce genre d'album relève de la gageure. Il y a une telle profondeur de plan ici, une telle richesse stylistique... On sent un groupe en plein bouillonnement créatif, en recherche constante de lui-même. Le cerveau du groupe n'était à l'époque pas uniquement Tom Barman (leader déclaré aujourd'hui). Il y avait au moins trois très fortes personnalités au sein du quintet : Barman, donc mais aussi Rudy Trouvé et Stef Kamil Carlens.
D'où une musique polynucléaire. Des idées semblent jaillir de tous les coins du disque, parfois même au détriment de la cohérence. L'album n'est pas de ceux que l'on connaît par coeur. On a plaisir à s'y reperdre régulièrement mais il échappe à toute domestication. Un peu à la façon des premières oeuvres de Mercury Rev où le conflit des têtes pensantes accouchait d'une musique à l'inspiration trop dispersée.
dEUS, tout au long de sa carrière, ne cessera de réduire en nombre les axes de composition (involontairement) jusqu'à ce que récemment, et inévitablement, on ne finisse par leur reprocher de manquer d'inspiration et d'auto-renouvellement. Ce que nous pourrons constater dans d'ultérieurs posts...

En attendant, et pour en finir avec ce Worst Case Scenario, on se contentera de dire que c'est la première éjaculation discographique d'un groupe ambitieux mais encore adolescent et donc empressé, maladroit, inexpérimenté et ne sachant pas contrôler sa libido. Certains à la sortie de l'album ont traité cette musique il est vrai parfois un brin trop arty de branlette intellectuelle. Ils avaient peut-être raison mais qui a dit que ça n'était pas bon, la branlette ?


myspace
site officiel
wikibio



indice pour la suite

question du jour de rapidité (1 pt) : quel rapport entre cette pochette et notre album du jour ? --> la vie de Dragibus serait-elle un sanctuaire du sexe ?

17 commentaires:

davnat a dit…

Deus "Ideal Crash" pour demain

dragibus a dit…

cettte pochette est celle d'un album de Zita Swoon dont le membre fondateur est un ancien memebre de dEUS S C Karlens

dragibus a dit…

"life is a sex sanctuary" est le nom de cet album

coolbeans a dit…

Eh beh... je pensais que ce serait (un peu) plus dur. Bravo, Dragi...
Et donc : changement de leader en tête de peloton !!!

dragibus a dit…

demain "a bar under the sea"

coolbeans a dit…

Sinon, Dragi, toi qui n'arrêtes pas de nous dire que tu ne connais rien aux groupes dont je cause... celui-ci te dit quelque chose, quand même, non ?

dragibus a dit…

il me dit bcp de choses en effet

c'est un album que dont j'ai fais la connaissance grace aux bornes de la FNAC et tout de suite ce fatras, ce bazar mais cet aspect mélodique imparable avant tout m'a instantanément séduit (et me séduit 15 ans après toujours)

j'ai toujours aimé cette idée de faire de la pop sans l'aspect linéaire habituel, en partant d'un point connu pour arriver tout autre part sans s'en rendre compte et sans avoir les oreilles qui saignent à cause de trop de technique

Kill Me Sarah a dit…

Ah ben j'arrive toujours trop tard en ce moment...

J'adore ce disque. J'adore Suds and soda et ses 159 friday. Et puis plein d'autres choses aussi parce que ça me fait penser à une ville étrangère où je ne suis plus allé depuis pas mal de temps. Bref...

Je vais demain In a bar under a sea mais c'est histoire de dire quelque chose.

IL GATTO DEL RABBINO a dit…

Juste par curiosité, je suis remonté, à la demande d'un collègue, à octobre 2006 et les prémices tombouctiens. Avec horreur, mon collègue constate : "Il n'a pas d'AC/DC !". Ben oui, tiens... Et pourquoi donc ?

coolbeans a dit…

Parce que AC/DC nous les brise menues. Et nous ne sommes pourtant pas les derniers à écouter du hard-rock. Ni les premiers, Dieu nous savonne !!

-Twist- a dit…

Nonnnnnnnnnnn. Pour le coup, je l'avais le suivant là. :(
Tres bon disque. Ma préférence va quand même à celui de demain (c'est mon coté pop qui veut ca).

coolbeans a dit…

Juste pour info : personne n'a encore trouvé le disque de demain... L'indice est pourtant fastoche... Enfin, c'est ce que je pensais...

hob' a dit…

Bah "Worst Case Scenario", alors. L'autre, le une-piste.

The Civil Servant a dit…

Putain Dragi a pris la tête !
Yala ! C'est la folie à la Croix Rousse, Gerland s'embrase, les fans s'agglutinent à Satolas pour le retour de la star. Gérad Collomb annonce la création d'un pont spécial baptisé le Dragibus Aqueduc pour commémorer l'évènement. Depuis Fourvière, les feux d'artifice font scintiller le ciel jusqu'à Villeurbanne. Place Bellecour et à la Part dieu on annonce des rassemblements spontanés, des femmes se pâment, des hommes se déguisent en mouton dans un pentangle pour essayer de ressembler à l'immense Dragibus. Une statue gigantesque va être dressé et le Primat des Gaules a promis de venir à genoux la bénir. Hosannah, Dragibus a pris la tête !!!

bon je vais me coucher, fatigué d'un coup !

-Twist- a dit…

Quoi? Dragibus est lyonnais????

Anonyme a dit…

Pour la suite, dEUS - little arithmetics (le maxi).

trucmuche a dit…

merdemerdemerde, pr une fois que j'avais les deux reponses!!