dimanche 18 mai 2008

410. ELVIS COSTELLO (and Brodsky Quartet) : The Juliet Letters

* * * * *
warner bros - 19/01/1993
14ème album sur 29 (?)
1274 auditeurs sur lastfm
2,39 euros sur PriceMinister (neuf)
angleterre

Beaucoup de lecture pour vous aujourd'hui, mais de la qui vaut le coup. J'avais promis huit points à celui qui m'écrirait le billet le plus intéressant à propos d'Elvis Costello. Vous fûtes quelques-uns à participer et je vous remercie tous d'avoir fait cet effort. Deux "copies" m'ont semblé se détacher du lot et je n'ai pas su les départager... Aucun d'entre vous ne démérita cependant, je pris un grand plaisir à tous vous lire. Vous constaterez que les deux vainqueurs (qui donc se verront attribuer chacun 4 points) ont choisi deux styles radicalement différents. L'un a choisi l'anecdote personnelle qui n'évoque Costello que de loin mais nous ravit avec ce que les comics américains millésimés appellent un "shocking ending" ; l'autre rédige un modèle de chronique "sérieuse", et l'on se demande s'il ne pourrait d'ailleurs pas faire des piges pour des magazines spécialisés. ;-)
Quoiqu'il en soit, bravo à tous et plus encore à nos deux lauréats !


Le texte du Chevreuil :

"On a déjà eu l'opportunité, sur ces pages, de débattre de l'importance réelle que des oeuvres considérées comme "classiques" (Dylan, Hendrix, Beatles, etc...) ou "cultes" (Can, Joy Division, Velvet, etc...) pouvaient revêtir dans nos petites vies d'auditeurs passionnés.
On est nombreux à reconnaître que nos panthéons personnels ressemblent finalement peu à la Discothèque Idéale selon St-Manoeuvre ou St-Beauvallet.
Et en plus on n'a même pas honte.
Voilà une bonne occasion de remettre le couvert.
Elvis Costello jouit, après 30 ans de carrière et à peu près autant d'albums, d'une respectabilité incontestée dans le monde des amateurs de rock.
Pourtant, par un effet pervers de la "perspective historique", il est de bon ton de ne retenir de Costello que ses oeuvres de jeunesse, celles où le jeune homme puisait dans la frustration, l'ironie et la malice pour sublimer le pub-rock de ses origines et épouser l'intemporalité du "classique rock". Eternelle tentation du "c'était mieux avant" (et son corollaire snob "tu peux pas comprendre") ?
Célébration d'une "pureté" ou d'une "fraîcheur" propre aux premiers disques ?
Toujours est-il qu'en ce qui me concerne, si j'apprécie énormément certains morceaux de cette poignée de premiers album (en particulier "This Year's Model"), mes disques préférés de Costello ne sont guère prestigieux : je me délecte de la grande majorité de "Spike" (disque fourre-tout à la production un peu datée, mais recelant l'immense "God's Comic"), je ne me lasse pas de "Brutal Youth" (le retour des Attractions produit par Mitchell Froom = majestueux) et j'adore ce drôle de disque intitulé "The Juliet Letters".
Pourquoi ? Parce que le songwriting est brillant (quel fan de Divine Comedy osera me contredire ?), les arrangements raffinés et inventifs, la voix de Costello splendide (pour peu qu'on adhère à son timbre singulier et son vibrato ostentatoire).
Et puis il y a les textes. Le principe de cet album, en dehors de la contrainte orchestrale (rien d'autre qu'un chanteur et un quatuor à cordes), c'est de proposer des chansons explorant les multiples ressources du mode épistolaire. On y trouve donc des lettres d'insulte (Swine), des confidences amoureuses, des messages familiaux parfumés au fiel (I Almost Had A Weakness), des messages publicitaires (This Offer Is Unrepeatable), et même un message de suicide (Dear Sweet Filthy World).
De quoi prendre la mesure des talents d'auteur d'Elvis, parolier génial, aussi à l'aise quand il s'agit d'épurer (réécoutez son I Want You, d'une littéralité bouleversante) que lorsqu'il faut traiter de sujets plus complexes (révisez donc votre Shipbuilding).
Bref : ne vous fiez pas à la pochette ringarde de cet album (Costello s'est fait une spécialité des visuels moisis) et donnez une chance à ce disque : vous ne le regretterez pas."

En cadeau, pour ceux qui ne connaissent pas bien l'oeuvre du zigue et qui aimeraient s'y mettre, une sélection perso de morceaux prélevés à diverses époques :
http://costelloforbeginners.muxtape.com


*************************************************************************************

Le texte de KillMeSarah :

Costello parano :
La mauvaise idée, c'était d'aller voir Costello en concert avec le mari de ma maîtresse. C'est lui qui avait eu l'idée. Tu viens voir Costello avec moi? Elle m'a dit tu devrais dire oui. Ca le met en confiance.
Oui, je le connaissais. Les femmes adultères sont redoutables croyez moi. Cela permettrait de se voir plus facilement si je le connaissais m'avait-elle dit.
J'aurais dû me méfier. Il préfèrait Spike et Mighty like a rose à This year's model et Imperial bedroom. Ca c'était un signe. En plus je le soupçonnais d'aimer secrètement les Juliet letters que je considère comme étant une bouse.
On s'était retrouvé devant la salle. Discussion polie en attendant la première partie.
Là tout de suite j'ai bien senti qu'il voulait m'énerver. Quand un type est entré pour s'installer devant le piano sur la scène, tout de suite il m'a dit c'est Steve Nieve. (Et alors? Tu crois que je l'avais pas reconnu? J'ai acheté mon premier Costello (This year's model) t'étais encore en primaire.) Ouais ouais j'ai dit. Je le sentais pas. Je ne savais pas encore pourquoi mais je le sentais pas ce concert.
Et là il a sorti son portable et a tapé un sms. A qui il écrit je me dis. Ca m'est venu comme une gifle. Bon sang il écrit à sa femme. J'aurais dû lui envoyer un texto avant, maintenant c'est foutu c'est trop tard, il me grille là !!! Ca m'a travaillé toute la première partie cette histoire.
Et puis l'Elvis déboule et ça tabasse tout de suite, un soir où il est en forme et les Attractions aussi. Ca arrache qu'il me sort (Je viens de le penser à l'instant. Ce type lit dans mes pensées ou quoi?). Ouais ouais j'dis (il va pas me gonfler avec ses remarques durant tout le concert non?). Et là il ressort son tel et re sms. Je le voyais appuyer sur les touches. Je me suis dit mais c'est pas vrai, il va lui en envoyer toute la soirée ou quoi. Du coup j''arrêtais pas de le guetter du coin de l'oeil. Je loupais presque tout Costello.
Ah j'adore cette chanson qu'il me dit (hein hein quelle chanson? Ah oui le type qui chante sur scène. Il me l'avait fait oublier ce con). Ouais ouais moi aussi (putain il va falloir que j'améliore mes réponses il va me prendre pour un crétin ce soir).
Je tente de me reconcentrer sur le concert. Il en est où l'Elvis là? Ah superbe. Pendant que le binoclard attaque I want you, je me dis là, je le lamine. Je sors mon tel pour appeler sa femme et lui faire écouter un extrait de cette chanson. Il faut toujours montrer son désir à sa maîtresse, là avec I want you c'est bingo. Mais une petite lumière verdâtre attire mon regard et je le vois le bras tendu avec son tel à la main. Bon sang il m'a encore grillé !!! IL L'A APPELEE AVANT MOI !!! Je fais quoi moi maintenant avec mon téléphone à la main comme un con? Je commence à le haïr sérieusement .
Ok ok du calme. Démarquons nous de la concurrence. Pas de sms, pas d'appel. Je dirais que j'étais concentré sur le concert même si je ne suis pas capable de citer la moitié des chansons jouées à cause de l'autre là et de son téléphone.
A la fin d'une chanson il se penche vers moi et me dit j'espère qu'il va jouer You belong to me (quoi?quoi? y a un message subliminal là?). Ah ouais ouais je l'adore aussi (je progresse j'ai réussi à placer un verbe). Et pan voilà que l'Elvis nous balance You belong to me toutes guitares dehors (putain il est de mèche avec lui ou quoi). Du coup il a tapoté de plus belle encore une fois sur son téléphone. J'étais maudit.
Ca a duré tout le concert comme ça. (Et en plus elle lui répond. M'a pas envoyé un seul message, elle, ce soir).
Enfin ce concert calvaire se termine et l'autre de me souffler c'était un bon concert non? (hein hein quoi? Quel concert? de quoi il me parle? Ah oui le concert) Ah ouais ouais bien bien. Tu parles j'en avais loupé les trois quarts avec ses conneries. On va boire une bière qu'il me dit (tu veux me faire boire pour que je cause hein salaud !!!). J'ai dit non non je suis fatigué je rentre.
Le lendemain elle m'a demandé ça s'est bien passé ce concert, t'as pas donné de nouvelles. Je lui explique que comme son mari n'arrêtait pas de lui envoyer des sms j'avais préféré rester discret.
Hein? De quoi tu me parles? Il ne m'a rien envoyé mon mari hier. Alors ce concert raconte?




Elvis Costello & The Brodsky Quartet -Expert Rites



indice pour la suite
(il est assez ardu celui-là...)

énigme du jour
(1pt) : ? --> bonne réponse de Davnat

33 commentaires:

Kill Me Sarah a dit…

Euh je voudrais préciser que je n'ai et n'ai eu aucun rapport (même sexuel) avec Mme Chevreuil et que c'est une coïncidence et qu'en plus si j'avais su qu'il adorait les Juliet Letters (bon sang tu vas peut réussir à me faire écouter ce disque à nouveau)(peut être seulement).(et puis de toute manière cette histoire est entièrement inventée je vous le jure votre honneur... je dis ça on ne sait jamais, une bête requête gougueule et même s'il y a presciption...)(bref)

Ah et puis merci.

(bon les indices maintenant...)

Kill Me Sarah a dit…

Pas évident tout ça...

Cotton Mather avec Kontiki pour demain (un peu au pif)

Sonic Eric a dit…

je suis un peu déçu d'avoir pas chopé un point avec ce que je t'avais écrit mais au vu de la concurrence, je dois reconnaître que je ne peux que m'incliner.

davnat a dit…

Bon pif, KMS, puisque le Kon Tiki est le dieu du soleil chez les amérindiens. Sinon, bravo pour vos beaux textes. Je veux bien en écrire un sur les Nits en 2027.

davnat a dit…

Sinon, Mac Manus a l'air d'être un personnage de la série Oz et porte le même nom que Declan Mac Manus dont des textes sont chantés dans les Lettres à Juliette.

coolbeans a dit…

Oui. Mais encore un petit effort pour dégoter la réponse parfaite (tu risques d'apprendre quelque chose sur Costello...).

The Civil Servant a dit…

AAAARgh !!
Même avec le texte de mes blanches mains écrit, je n'ai pas su ramasser le moindre point. Je vais pouvoir continuer à fièrement revendiquer mon rôle de clown de service ici, de con du diner (cf. hier soir).
Bon mais les deux textes sont bien et surtout ils sont courts, caractéristique dont je ne suis jamais parvenu à doter les miens.
Bon maintenant faut trouver ce que Coolbeans nous prépare pour demain. Bon l'indice cest Tintin, on va partir de là.

davnat a dit…

ah ben ouais, il a un joli nom écossais le père Costello.

coolbeans a dit…

Civil ami, ton texte était très bon.

coolbeans a dit…

Oui, donc bonne réponse de Davnat puisqu'effectivement, le père Costello a pour vrai nom Declan McManus et que le personnage principale de la série Oz (la photo de l'énigme) s'appelle McManus, lui aussi.

The Civil Servant a dit…

Tintin bien sur ! Qu'importe qu'il s'agisse du Temple du Soleil (encore une fois Coolbeans cherche à nous égarer).

Or, qu'est ce qui nous rapproche musicalement de cette BD d'Hergé : la Castafiore bien sur !.
Non ne vous emballez pas, il n'y a pas à ma connaissance de groupe appelé Castafiore (en plus on a dépassé le CAS depuis au moins 3 mois, on devrait atteindre le Za lorsque nous serons tous en maison de retraite).

En revanche que fait Haddock lorsqu'il est soumis aux intenses tirs de barrages gutturaux et suraigus de la Diva : il se bouche les oreilles avec du... Coton.

Et là oui on tient notre groupe pour demain. Les faux chanteurs de Cotton Eye Joe dont je vous met en lien cette vidéo sous DaylyMotion :
http://www.dailymotion.com/video/x7tse_rednex-cotton-eye-joe
Allez y, vous verrez c'est tout à fait dans la suite logique des 189278 albums par Coolbeans déjà chroniqués ici (style, élégance, retenue, dominante folk classieux... allez y voir je vous dit).

Donc pour demain :
Cotton Eye Joe et l'album "Sex and Violins".
'tain si je récupère pas un point là, c'est vraiment que je ne comprends plus rien à ce jeu.

The Civil Servant a dit…

Gasp : en fait le groupe s'appelle Rednex.
Bon Coolbeans tu me gardes ce commentaire au chaud pour dans 15 ans quand on atteindra, éreinté et proche de la fin, la lettre R.

Gensé. a dit…

Tintin a sorti un disque??

chevreuil a dit…

Merci pour l'invitation et la récompense !
Kiki, ton texte est superbe (comme dab, en fait)... Hors-compétition, comme les Harlem Globe Trotters.
Par contre, ta sévérité à l'égard du disque du jour me surprend un peu... l'aurais-tu écouté nu dans une penderie dans la chambre à coucher d'une femme infidèle, le privant de l'attention qu'il mérite ?

Sinon, on n'évoque pas beaucoup Costello dans les commentaires...
Coolbeans, tu notes généreusement le disque... y trouverais-tu les mêmes qualités que moi ?

coolbeans a dit…

Oui, j'aime effectivement beaucoup ce disque mais je sais qu'il ne bénéficie pas d'une grande cote de popularité chez les fans de Costello.
Je connais, moi, fort mal Elvis Costello et je vais être le premier client de ta précieuse Muxtape "Costello-pour-les-nuls".

dragibus a dit…

Gensé : effecivement Tin Tin a sorti un album (voir 2 d'ailleurs)
http://en.wikipedia.org/wiki/Tin_Tin_(band)

donc demain Tin Tin "astral taxi"

tout semble concorder et hop à moi les 15,5 points puisque mon excellent texte sur Costello (que je maitrise et que j'adore vous vous en doutez ne fut sélectionné par la censure, l'odieuse censure) qui a préféré privilégier Manoeuvre et Dionnet ...)

Kill Me Sarah a dit…

Je trouve ce disque de Costello d'un prétentieux incroyable. Comme si le rock n'était plus assez bon pour lui et qu'il lui fallait voguer vers des cieux plus "sérieux". Maintenant je dois bien avouer que je ne l'ai pas écouté depuis bien longtemps (et c'est un des rares Costello que je ne possède pas)(enfin j'ai arrêté d'en acheter après North).

Par contre je suis totalement d'accord pour God's comic qui est une merveille)

Kill Me Sarah a dit…

Et puis j'aurais mis Almost blue dans la petite compil. So like candy aussi. Et You belong to me.
J'arrête là.

chevreuil a dit…

à KMS :
Je trouve dommage d'identifier ce projet comme "prétentieux" sous prétexte qu'il est basé sur une orchestration plus volontiers associée aux musiques "savantes"/"sérieuses".
Il est vrai, une fois encore, que les apparences jouent en sa défaveur, la pochette se complaisant dans le cliché d'un romantisme cucul, sérieux, etc...
Le contenu artistique en revanche ne me semble pas jurer dans l'oeuvre costellienne. Il combine une maîtrise des codes de la dramaturgie classique (qu'il s'agisse de rock, de musique de chambre ou d'opérette) à une singularité de l'expression... Il y a par exemple beaucoup d'humour dans ce disque (une de mes chansons préférées de l'album "i almost had a weakness" n'en est pas avare) et on y retrouve tout ce qui fait la force d'Elvis dans ses autres disques. Il y a bien quelques touches d'emphase et de lyrisme qu'on est en droit de ne pas goûter, mais c'est tellement bien assumé... On pourrait du reste faire le même procès à Rufus Wainwright... ou même à Tim Buckley (qui cracherait sur la vulgarité des formes primaires du folk en signant Starsailor ?).
Par ailleurs, au plan musical, c'est à la fois extrêmement pop (dans le sens où l'on peut fredonner la plupart des airs sous la douche) et d'une richesse infinie. C'est tout le contraire d'un "coup" qui consisterait à habiller vite fait des chansons quelconques avec deux lignes de violon harmonisées.
Je trouve ça courageux que Costello assume à fond son côté "opéra bouffon", et dans l'écriture et dans l'interprétation, surtout quand le résultat est de cette qualité.
Enfin. Je m'enflamme mais tout cela n'est pas bien grave...

Sinon, j'ai eu du mal à choisir 12 titres de Costello... j'ai privilégié la diversité des couleurs et des tempi, abandonnant à contrecoeur "almost blue".
Cela dit, et là je ne pense pas que Kiki me contredira, la plus belle version d'"Almost Blue" est chantée par Chet Baker sur la BO de "Let's Get Lost".

Sinon, moi non plus j'ai pas acheté de Costello depuis "North"... je vais quand même explorer les quelques trucs parus depuis... il vient d'ailleurs d'en sortir un, tiens...

Kill Me Sarah a dit…

Bon bon je suis moyennement convaincu mais je vais écouter attentivement à nouveau cet album.

Ah pour Almost blue je suis d'accord, la version de Chet est superbe, d'ailleurs il y a une belle anecdote sur cette chanson et Chet.

Des albums il en sort très (trop?) souvent. Le dernier sorti a été enregistré en une semaine ou un truc dans le genre, spontanéité avant tout. Peut être est-il bien je n'en sais rien. Je crois que je n'ai pas très envie de l'écouter en fait...

Erwan a dit…

Ah merde j'avais oublié ce concours... vu que j'ai aucun Costello je vois pas trop ce que j'aurais pu dire de toute façon ...

dragibus a dit…

des conneries comme moi ....

Erwan a dit…

Ah et bravo aux deux vainqueurs bien sûr! (KMS, quel suspense :)

L'Impeccable Chevreuil a dit…

j'aurais bien lu les autres papiers, n'empêche... celui de Dragi, notamment... vous publieriez pas vos participations sur vos blogs respectifs, les gars ? Ce serait dommage de faire du gâchis...

coolbeans a dit…

Sonic Eric l'a déjà fait sur le sien...

The Civil Servant a dit…

Oui Sonic n'a point tardé à dégainer.
Mais OK Chevreuil galopant, d'ici quelques temps je mettrai le mien sur mon blog.
C'est à quelle heure ce soir Coolbeans qu'on rattaque le jeu ?
et que j'inscrive enfin mes premiers points (pouf pouf).

dragibus a dit…

ma contribution est loin d'être essentielle Monsieur le Cervidé vous vous en rendrez compte
mais devant votre amicale demande je la posterai cette semaine (sur "Soundtrack")

dragibus a dit…

sinon merci pour le titre de Doré monsieur B je ne chante que ça depuis 3 jours (et ma fille adore en plus)

dragibus a dit…

je n'ai rien vu sur le blog de Sonic Eric (chouette nom de super héros au passage)

c'est bien "next music club " non ??

coolbeans a dit…

Non.
Ce qui me permet de constater que le lien sur soniceric était erroné. C'est corrigé.

dragibus a dit…

rien que pour le titre tu aurais pu lui mettre quelques points !

coolbeans a dit…

Sauf que dans la copie qu'il m'avait envoyée, il n'y avait pas le titre...
Dommage !

Kill Me Sarah a dit…

Oui voilà achetez tous le disque de Julien Doré ça fait des droits d'auteur pour mon copain (qui en a bien besoin).